KrISS feed 8 - A simple and smart (or stupid) feed reader. By Tontof
  • Wednesday 29 April 2015 - 10:33

    Après avoir créé votre entreprise et avoir passé les premiers mois à mettre en place votre modèle économique (ou business model) vous voilà à la tête d’une société qui fonctionne et qui se développe. Comment faut-il gérer la phase de montée en puissance ? Pour maximiser les chances de réussite, il est capital de surveiller certains points clés (ou indicateurs). Le Blog du Dirigeant fait le point sur les éléments généraux mais aussi spécifiques à surveiller.

    dirigeant heureux devant un indicateur de croissance en forte hausse

    Savoir gérer la croissance de mon entreprise ?


     

    Les 3 principes de base d’une bonne gestion

    Les professionnels de la création d’entreprise s’accordent à dire que 3 éléments essentiels sont à surveiller « comme le lait sur le feu » pour donner un maximum de chance au projet de réussir.

     

    Maintenir un niveau de capitaux propres suffisant dans la durée

    Le premier des indicateur à surveiller est le maintien durable de la capacité financière de l’entreprise.

    L’insuffisance de capitaux propres rend l’entreprise très vulnérable à de nombreux cas de figure. En effet, de nombreux évènements non pris en compte dans le business plan ou le prévisionnel nécessitent des ressources financières :

    • créateur d'entreprise perplexe devant des indicateurs qui vont dans toutes les directions

      un développement plus lent ou plus rapide qu’attendu modifie le besoin en fonds de roulement de l’entreprise, et donc, la trésorerie disponible,

    • des évolutions soudaines et/ou inattendues de l’environnement économique,
    • les inévitables (et nécessaires) erreurs de jeunesse,
    • la gestion courante de l’entreprise
      • formation de stocks trop importants,
      • non-paiement de certains clients,
      • non-respect des délais de paiement,
      • perte soudaine d’un client clé,

     

    Conseil LBdD : lors de la préparation de votre projet, ne cédez pas à la tentation de sous-estimer vos besoins financiers ou de vous lancer sans que l’ensemble des besoins financiers de l’entreprise soient couverts. Une fois l’entreprise créée, la recherche de financement est plus difficile, plus coûteuse et terriblement chronophage.

    Utilisez le prévisionnel financier que comprend votre business plan pour réaliser des projections réalistes et choisissez un montant de capital social confortable.

     

    Limiter le pourcentage de charges fixes par rapport au chiffre d’affaires

    Avoir un niveau de charges fixes trop élevé par rapport au chiffre d’affaires peut être fatal pour toutes les entreprises et notamment pour les jeunes entreprises.

    Une jeune entreprise a besoin de Qu’est-ce qu’un modèle économique ou business model ?, d’investir dans son développement commercial, de conserver une capacité d’adaptation, … Les charges fixes vont à l’encontre de ces besoins :

    • 2 créateusr d'entreprise l'un heureux avec un vers le haut l'autre malheureux avec un pouce vers le basElles ne génèrent pas toujours suffisamment de rentabilité au regard de la trésorerie immobilisée,
    • La plupart du temps, elles mobilisent une partie des capacités financières des entreprises sur des dépenses courantes,
    • Elles figent les dépenses et nécessitent un délai important pour les adapter,

     

    Exemple de charges fixes pouvant entraîner des dépenses importantes :

    • Locaux inadaptés aux moyens de l’entreprise,
    • Rémunération trop importante (nombre de personnes et/ou montant des revenus),
    • Factures excessives (informatique surpuissante, site internet inadapté, publicité, abonnement, frais restauration, …

     

    Conseil LBdD : Soyez radin ! Préférez les charges variables aux charges fixes et les contrats de court terme à ceux de long terme, même si cela coûte un peu plus cher. Ne vous chargez pas en stock ; c’est un confort très couteux.

    N’oubliez jamais que vos dépenses courantes doivent être financées par la marge que vous dégagez.

     

    Le suivi des prix de revients

    Série d'indicateurs "sortant" d'une tablette tenue par le créateur d'entreprise

    Connaître précisément et suivre son (ou ses) prix de revient nécessite de savoir décomposer les coûts associés au bien ou à la prestation commercialisée. Cette connaissance facilite la détermination du prix de vente et permet d’affecter un taux de marge sur une base bien définie, mais aussi de mieux comprendre comment il est possible d’agir sur chacun d’eux pour les diminuer.

     

    Un manque d’intérêt et de suivi des coûts de revients peut amener le créateur et dirigeant à :

    • Ne pas chercher à les réduire et perdre une partie de sa compétitivité et de sa marge commerciale,
    • Risquer de ne pas s’apercevoir de la dégradation de l’équilibre financier de l’entreprise,
    • Risquer de perdre la maîtrise de ses prix et finir par vendre à perte.

     

    Conseil LBdD : même si ces notions vous paraissent un peu complexe, pensez à étudier certains indicateurs comme le fonds de roulement (FR) et le besoins en fonds de roulement (BFR) qui vous permettent de comprendre les cycles de financement de votre entreprise.

    N’hésiter pas à étudier et comprendre les indicateurs financiers les plus courants, ils peuvent vous aider à analyser la santé financière de votre entreprise

     

    Quels indicateurs un dirigeant doit-il surveiller ?

    Certains indicateurs méritent un suivi particulier et régulier, ces éléments appartiennent à des services différents.

     

    Les indicateurs commerciaux

    Le niveau des ventes et l’efficacité commerciale sont des éléments à surveiller en permanence. Selon les entreprises, on pourra s’attacher à surveiller :

    • créateur d'entreprise montrant des cases cochées avec une rgle

      Le CA réalisé ainsi que son évolution,

    • La répartition des ventes par produits, secteur, canal de distribution, client, commercial, …
    • L’évolution de la moyenne des achats (ou du panier moyen),
    • Le taux de transformation (prospects en client, devis en commande),
    • Le taux de fidélisation de clients,
    • Le niveau du carnet de commande,
    • La part de marché potentielle et réelle,

     

    Les indicateurs du service production

    Les indicateurs du service production concernent essentiellement les délais, la qualité et le stockage, ce qui comprend par exemple :

    • Créateur d'entreprise interrogatif devant un grand point d'interrogation

      Le respect du planning de production,

    • Les délais moyens d’approvisionnement et de fabrication,
    • Le pourcentage d’utilisation des outils de production,
    • La performance et la productivité des équipes,
    • Le pourcentage de rebuts,
    • Le taux et la nature des retours qualité,
    • La rotation des stocks (et des encours si adapté),
    • Le montant des stocks / chiffre d’affaires,

     

    Les indicateurs financiers

    Les prix de revient, la trésorerie, le montant et le taux des frais fixes et les investissements font partie des indicateurs à surveiller par la direction de l’entreprise. On suivra par exemple :

    • cube multicolor avec des points d'interrogation sur chaque faceLes délais de règlement fournisseurs,
    • Ratio des frais financier / CA (un seuil de l’ordre de 3% par exemple peut être fixé),
    • Les lignes de crédit et e découvert utilisé,

     

    Les indicateurs administratifs

    Les indicateurs du service administratif concernent essentiellement la facturation et le personnel :

    • créateur d'entreprise devant un grand sigle pourcentageLe délai moyen de règlement des clients,
    • Le suivi des encours par client,
    • L’évolution des frais administratifs
    • Le pourcentage de la masse salariale / CA,
    • La rotation du personnel,

     

    Remarque : cette liste n’est pas exhaustive et doit être adaptée en fonction de la nature de l’activité de l’entreprise, de son fonctionnement et de son organisation interne. Après avoir déterminé les indicateurs et la fréquence de suivi, il est souvent intéressant de les regrouper dans un document de synthèse qui aide le dirigeant à piloter son entreprise : le tableau de bord.

     

    Conclusion

    Gérer une entreprise nécessite de concentrer son attention sur certains points clés, ou indicateurs. Lorsqu’une entreprise dispose d’un développement progressif en ligne avec ses bénéfices, que ses coûts de revient sont maîtrisés et qu’elle bénéficie d’une capacité financière suffisante, elle dispose des moyens pour assurer son développement commercial.

     

    Cet article Fiche pratique : comment gérer le développement de mon entreprise ? est apparu en premier sur Le blog du dirigeant.